fbpx

Le BLOG

Des entrepreneurs

vous présente

5 raisons pour lesquelles les entrepreneurs ne délèguent pas et comment y remédier

par | Juin 28, 2021 | Article de blog | 0 commentaires

Déléguer pour prospérer
Créer sa propre entreprise revient à donner naissance à votre premier bébé, et on a probablement le même niveau de protection lorsqu’il s’agit de permettre aux autres d’en assumer la responsabilité. Audrey St Gelais vous livre les 5 raisons pour lesquelles on ne délègue pas.    C’est typique des entrepreneurs qui trouvent très difficile de […]

Créer sa propre entreprise revient à donner naissance à votre premier bébé, et on a probablement le même niveau de protection lorsqu’il s’agit de permettre aux autres d’en assumer la responsabilité. Audrey St Gelais vous livre les 5 raisons pour lesquelles on ne délègue pas. 

 

C’est typique des entrepreneurs qui trouvent très difficile de déléguer même les tâches les plus simples. L’entrepreneur peut prendre en charge la majeure partie des tâches à faire sur sa to-do-list et, s’il est reconnu qu’un horaire de travail chargé est la norme pour un entrepreneur, il peut rendre sa vie (et celle de sa famille) beaucoup plus facile s’il lâche prise et travaille avec une équipe.

 

Souvent, nous ne parvenons pas à reconnaître qu’en déléguant le travail, nous libérerions plus de temps pour nous concentrer sur d’autres domaines (beaucoup plus importants et RENTABLES), mais pourquoi ?

 

1. Perfectionnisme et problèmes de contrôle

Il est très difficile d’être totalement honnête avec nous-même pour savoir si on accepte une norme inférieure à la perfection et si on est un peu un maniaque du contrôle. Sans surprise, ce sont des traits communs d’un entrepreneur.

 

Être fier de dire qu’on est un travailleur acharné, c’est bien, mais à côté de cet insigne d’honneur, il y a une tendance à monopoliser la charge de travail. Ce n’est pas bon pour l’entreprise, encore moins pour l’individu, et il viendra un moment où les délais ne seront pas respectés, l’équipe ressentira le poids de notre burn-out et la délégation n’est plus un choix.

 

Notre manque de délégation pourrait être dû à des problèmes de confiance. Si c’est le cas, il est temps d’être brutalement honnête avec nous-même. Déléguer n’est pas un signe de faiblesse, il est plus fort d’admettre qu’une seule personne ne peut (et ne doit pas) tout faire.

 

Prenons du recul et jetons un regard stratégique sur nos opérations. Si on est immergé dans les opérations quotidiennes, on risque de manquer des opportunités d’expansion et de croissance.

 

2. Avoir peur de l’échec

Daniel Flynn, cofondateur et directeur général du groupe Thankyou, reconnaît l’importance d’accepter que tout ne sera pas ou ne doit pas être un grand succès. Il a construit autour de lui une bonne équipe qui ne se concentre pas sur les excuses. Le soutien les uns aux autres lorsqu’une idée est avancée et réalisée.

 

Communiquer avec son équipe et fixer des délais est un début, car on commence à partager certaines des responsabilités.

 

3. Hésitant à faire partie d’une équipe

Il est très difficile de passer d’un individu ayant un rêve ou un projet de création d’entreprise à diriger une organisation où des décisions doivent être prises.

 

Les entrepreneurs ont dû « faire cavaliers seuls », ce qui signifie qu’ils peuvent facilement négliger l’art de la délégation, car ils ont toujours le sentiment que tout doit tomber sur leurs épaules.

 

Stuart Marburg, PDG de MessageMedia, implique pleinement son équipe lorsqu’il s’agit de prendre des décisions ou de développer un nouveau produit. Il les amène à être sa caisse de résonance et à penser comme les consommateurs de MessageMedia, ce qui a énormément aidé leur entreprise.

 

4. Manque de compétences en matière d’externalisation

Si une entreprise est créée à partir de zéro, la personne qui l’a lancée le sera à fond. Au début, elle faisait tout, de la gestion des comptes au tri de la publicité.

 

Au fur et à mesure qu’une entreprise grandit, il est difficile de se débarrasser de ces habitudes, mais le fait de pouvoir externaliser des tâches spécialisées permettra au chef d’entreprise de canaliser son énergie dans des directions plus fructueuses.

 

5. Tendances de la microgestion

Un autre trait que les entrepreneurs ont du mal à ébranler est la pratique de la microgestion. Encore une fois, cela est lié à la confiance et à la sécurité de savoir que l’autonomie peut être donnée aux employés.

 

En lien avec cela, il y a la délégation de la supervision du travail et la compréhension que tout le monde ne mènera pas le processus du rôle de travail exactement de la même manière que le propriétaire.

 

Si le travail est effectué avec une efficacité optimale, alors il est temps d’arrêter la conduite arrière de la microgestion, car elle n’est pas propice à de bonnes relations de travail. Il ne faut pas focaliser sur le comment, mais plutôt sur les résultats.

 

D’ailleurs, dans la formation Déléguer pour Prospérer, on aborde ces thèmes et on apprend quelles sont les meilleures pratiques en matière de délégation de travail.

 

N’attendez pas ! Soyez prêt à affronter la vague avant d’avoir la tête sous l’eau !

 

Audrey St-Gelais

Coordonnatrice à la prospérité d’entreprises – Formation « Déléguer pour prospérer » 

 

La faculté des entrepreneurs fait partie de l’école internationale d’accompagnement Cybèle qui propose plusieurs autres formations.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'inscrire à la newsletter

Recevez un Ebook en cadeau !

 

Inscrivez-vous à notre newsletter & recevez notre ebook les « 10 étapes pour un changement de carrière réussi » de Céline Baes. Ne ratez aucune nouvelle et promotion dans notre faculté des entrepreneurs !

R é u s s i t e

Cette année, vous atteignez vos objectifs

Peu importe votre emplacement dans le monde! La distance n'est plus un frein à vos besoins...

Email général

[email protected]

Prix affiché HORS taxes

Pin It on Pinterest

Share This